L’huile d’olive, d’hier à aujourd’hui

Dans le journal communal d’avril 2002, un article relatait « l’histoire d’amour qui dure depuis des siècles » entre la commune du Broc et l’huile d’olive. C’est vrai qu’il est très loin le temps des moulins disséminés le long des vallons où l’huile d’olive était produite par des moyens ancestraux. Il est encore assez loin le temps où notre moulin communal comportait une chaîne de trituration à l’ancienne, c’est-à-dire à la presse, où le travail se poursuivait dans une ambiance très bruyante, enfumée, moite et pesante, mais offrant peut-être une atmosphère plus conviviale.

La Production d’eau chaude

Un souci majeur restait à résoudre : la production d’eau chaude.
En effet, avec l’ancien système, il était impossible de maîtriser une eau chaude à température constante, ce qui donnait une qualité d’huile d’olive parfois très différente d’une piste à l’autre.  Aujourd’hui, grâce à une chaudière fonctionnant aux grignons d’olives traités et grâce aussi à un système de régulation poussé, le résultant est probant puisqu’il se traduit dans une production d’huile d’olive d’une qualité constante. De plus, la municipalité, dans un esprit écologique et dans le but d’économies d’énergies fossiles, à prévu que cette chaudière surpuissante pourra, dans un avenir relativement proche, chauffer la salle des fêtes, l’école, et peut-être d’autres locaux communaux, cela avec l’appui d’autres sources d’énergies renouvelables.


dans un esprit écologique et d’économies d’énergies fossiles


L’équipe organisatrice en mairie, composée de Brigitte, Corinne et Claudine, rodée depuis quelques années, accueille chaleureusement les clients, comme à l’accoutumée et selon les mêmes conditions. Si malheureusement il est impossible de maîtriser les saisons et les changements climatiques, nous pouvons nous rassurer et nous réjouir que la commune possède un outil de transformation des olives performant et efficace, pérennisant ainsi notre foi ancestrale à l’olivier.ne place de parking handicapé est aussi programmée. La totalité du chantier devrait durer quatre mois.

La tradition de l’olive

jarres moulins du riouL’olive pourrait être considérée comme le symbole de la commune. Cultivée depuis l’antiquité, on retrouve aujourd’hui les marques d’une activité artisanale importante et fleurissante. Aux abords du village on peut encore distinguer les terrasses agricoles sur lesquelles trône majestueusement des oliviers centenaires. De nombreux moulins datant du début du XXème siècle, demeurent pratiquement intacts le long des sources qui les alimentaient. C’est en empruntant le sentier situé en dessous du terrain de tennis que l’on peut apercevoir toute une série d’anciens moulins construits les uns après les autres le long d’un aqueduc.

Ces moulins bâtis vers la fin du 18ème siècle, sont désormais envahis par la végétation, possèdent encore les différentes structures servant à la production de l’huile comme des jarres, des bassins , des meules et même quelles pièces mécaniques.Il en est de même pour le quartier de la Fougassière qui compte lui aussi deux importants moulins. Celui de Fouant Chaudo, situé au point d’intersection des cours d’eau du Bouyon et du Fouant Chaudo, et celui du Bouyon localisé à une centaine de mètres en amont. Eux aussi ont été peuplé par une végétation abondante qui à tout de même épargné les meules, les cuves ainsi que le système de roulement. Même si la majorité de ces moulins sont laissés à l’abandon, le village conserve tout de même cette tradition. Le moulin à huile du Broc, remis à neuf avec une nouvelle machinerie, produit chaque année plus de 18 mille litres d’huile provenant des oliviers du canton.Sans-titre-1

La commune pionnière en matière de développement durable

L’action de l’équipe municipale est inscrite dans une démarche de développement durable qui comme que l’enfance et la jeunesse ont toujours été une priorité. Les enfants qui fréquentent l’école sont initiés très tôt à la défense de l’environnement. Au-delà des plus jeunes, des actions locales remarquables ont été engagées pour le développement durable avec notamment l’aide au développement de la forêt départementale, le soutien à l’installation de plusieurs agriculteurs et une offre de service public pour la trituration des olives. La construction de tous les équipements publics s’est faite aussi dans cette démarche de développement durable, à savoir l’école communale, les logements sociaux, la crèche, la médiathèque, l’école de musique et la salle de spectacle. Poursuivant dans ce même sens, la commune a décidé de transformer en valeur ce qui était considéré comme un déchet : les produits issus de la trituration des olives. Ainsi, la partie végétale de ce produit, sorte de pâte noire est donnée aux agriculteurs locaux pour être mélangée à la terre et la partie noyau est devenue un combustible de circuit très court.

Des grignons comme source d’énergie !

IMG_1508Depuis novembre 2015, le moulin communal s’est donc équipé d’un dispositif de valorisation énergétique avec la mise en place d’une extension et l’installation d’une machine à séparateur de grignons. Les grignons, résidus de la trituration s’apparentant à des noyaux d’olives, sont utilisés comme pellets pour la chaudière alimentant les bâtiments communaux. La réalisation de ce projet permet d’économiser environ 9 000 euros d’électricité pour le chauffage des bâtiments et 12 000 euros pour l’élimination des grignons issus de la trituration des olives car ce produit était considéré comme un déchet. Le moulin triturant environ 200 tonnes d’olives par an, on peut espérer une production de 35 à 40 tonnes de noyaux broyés, ce qui permet de répondre à la demande locale en matière de chauffage des bâtiments publics, avec une bonne marge de manœuvre pour les années moins fastes.

CHAUDIERE pour grignons

CHAUDIERE

IMG_1478IMG_1441