Un peu d’histoire…

Les Ligures sont les premiers habitants ayant occupé Le Broc. Durant l’Antiquité, dès la seconde moitié du IIe siècle après JC, des postes militaires romains sont présents sur le territoire. Né de la fusion de trois habitats fortifiés ou « castrum », Le Broc a vu son implantation se déplacer sur divers sites au fil du temps :

 

On retrouve les traces du premier castrum, dénommé le Castrum d’Olive, au XVème siècle. Son implantation se situerait dans le quartier de Saint Michel, en contrebas du village. Cette petite communauté sera désertée au Moyen-âge. Ce château aurait été assiégé et vaincu par les troupes du comte de Provence au XIIIème siècle, au profit du Château du Broc.

Le second castrum, mentionné pour la première fois au début du XIIIe siècle, est celui de Dos-Fraires. Il est situé dans l’actuel quartier de Sainte Marguerite et sera indépendant jusqu’en 1841, date à laquelle le territoire sera rattaché à la commune du Broc.

Des trois castra, celui du Broc est le plus tardif, il est mentionné pour la première fois dans la première moitié du XIIIe siècle. Il comportait un château au sud duquel s’est développé par la suite le village que nous connaissons.

En 1388, lors de la dédition de Nice à la Maison de Savoie, Dos Fraires passe sous sa tutelle, alors que le Broc reste fidèle au Comté de Provence. Le Broc devient donc le premier village français que les sujets du duc de Savoie rencontrent en venant du nord. Cette position de poste frontière concédera à la commune de nombreux privilèges.

Lorsque le Var ne constitua plus une frontière en 1860, la commune sera laissée à l’abandon, et connaîtra un exode rural fort, avant de connaitre un nouvel essor à la fin du siècle dernier, notamment grâce au développement de la zone industrielle départementale sur une partie de son territoire.